Normalité sociale - Étude


Je me permets de partager une étude réalisée en mai 2017 et qui porte sur une stratégie de compensation mise en place par les autistes Asperger et pour lesquelles les femmes sont particulièrement expertes, appelée "le camouflage".

En version originale (anglais) :
En version française :

Syndrome de l'imposteur - partie 2


Comment croire une seconde au syndrome d'Asperger quand on a eu une enfance comme la mienne, quand on est bavarde comme je peux l'être avec les gens, quand on est autant entourée, quand on a la verve aisée... ? Je me suis posé la question, parce qu'après tout, je ne souhaite pas particulièrement devoir endosser le syndrome d'Asperger si celui-ci ne me concerne pas, et voilà ce que j'ai trouvé...

Personnification ordinale / linguistique


De quoi parle-t-on quand on entend "Personnification ordinale / linguistique" (acronyme POL, aussi parfois appelé plus simplement "Personnification") ? Il s'agit d'une forme de synesthésie. Mais tout d'abord, qu'est-ce que la synesthésie ? Je vais laisser Wikipédia répondre à cette question :
"La synesthésie [...] est un phénomène neurologique par lequel deux ou plusieurs sens sont associés. Par exemple, dans un type de synesthésie connu sous le nom de synesthésie « graphèmes-couleurs » (qui représenterait 65 % des synesthésies1), les lettres de l'alphabet ou nombres peuvent être perçus colorés."

Sydrome de l'imposteur - partie 1


Le syndrome de l'imposteur se définit par un doute envahissant concernant ses compétences, et réalisations, souvent dans le domaine professionnel. Voilà pourquoi il est aussi appelé le syndrome de l'autodidacte. Cependant, ce syndrome de l'imposteur est également très présent chez les personnes diagnostiquées autiste Asperger, surtout chez les femmes, dont les traits autistiques sont encore non officiellement définis et qui peinent parfois à se reconnaître dans ceux mis en évidence.

Extraits d'un temps révolu


Je suis retournée sur mon plus ancien blog que je laisse en ligne juste parce que cela m'amuse d'y retourner parfois et de lire ce que j'y avais écrit en 2005. Mais cette fois, j'y suis retournée, car je voulais y trouver des éléments particuliers, qui reflétaient un peu plus ma différence. Je voulais voir si quelque chose était perceptible ou si, au contraire, il témoignait d'une normalité quelconque.

J'en ai sélectionné quelques extraits...